Procrastination anxieuse ou la politique de l’autruche…

autruche-2-

Bonjour Lili Bulle. De quoi allez-vous nous parler aujourd’hui ?

LB : De la procrastination anxieuse.

Ah enfin !

LB : Quoi enfin ? Vous dites cela parce que pour une fois j’ai eu une idée de thème dans les temps ?

Non … Je me réjouis d’enfin vous écouter au sujet du premier type de procrastinateur, le procrastinateur anxieux.

LB : Ah… Je disais donc que la procrastination peut aussi traduire une anxiété. Dans ce cas, elle se présente ainsi : « J’ai peur d’aller chez le dentiste donc je ne prend pas rendez-vous. J’ai de plus en plus mal aux dents. Je m’inquiète mais je ne prends toujours pas rendez-vous… » ou autre exemple : « J’ai l’angoisse de la page blanche, donc aujourd’hui je me suis enfilé toute une saison de la série Silicon Valley pour oublier que j’avais un article de blog à rédiger. »

Vous avez passé la journée dans votre canapé devant une série !

LB : Non. C’était un exemple… Je disais donc, la procrastination anxieuse s’inscrit dans une stratégie dite d’évitement, autrement appelée Politique du « je remets à plus tard ce qui m’angoisse, dans l’espoir de calmer mon angoisse, sauf que j’angoisse de plus en plus. En outre, je culpabilise de ne pas avoir le courage d’affronter ma page blanche. » Ce type de procrastination touche plus souvent les personnes anxieuses, peu sûres d’elles, et vise à remettre à plus tard les situations anxiogènes. Dans le cas d’une phobie sociale par exemple, vous serez tenté de déployer ce genre de stratégie quand vous êtes confronté à une situation sociale qui vous semble au-dessus de vos ressources. Elle peut se traduire par un évitement pur et simple concernant les situations dont vous avez la maîtrise et par une remise au lendemain, et au surlendemain puis au sur sur lendemain, etc … des situations qui engagent votre responsabilité et qui ne dépendent pas que de vous. Dans le cadre de vos responsabilités, vous attendrez de ne plus pouvoir faire autrement pour passer à l’action.

Je comprends bien, mais comment éviter la procrastination anxieuse ?

LB : Vous déployez ce type de stratégie ?

Ça peut m’arriver.

LB : Alors fermez les yeux.

Ça y est.

LB : Imaginez une autruche. Vous la visualisez ?

Oui. Je vous vois venir, vous allez me parler de la politique de l’autruche.

LB : Ne tirez pas de conclusions hâtives. Maintenant imaginez qu’un chasseur tire un coup de feu dans les environs. Que fait l’autruche ?

Elle se met à courir.

LB : Son cerveau reptilien ne lui permet que 3 réactions possibles : prendre la fuite, faire le mort ou attaquer. Que fait-elle ?

Elle prend la fuite.

LB : Elle fuit quoi ?

Le chasseur ?

LB : Elle n’a pas la notion du chasseur, ni celle de la balle du fusil. Elle fuit quoi ?

Le bruit !

LB : Donc elle commence par courir dans tous les sens, puis paniquée à l’idée de partir dans le mauvais sens, elle finit par mettre la tête dans le premier trou venu… afin de fuir un bruit.

C’est vrai que présenter comme ça.

LB : Maintenant imaginez que cette autruche ait mal aux dents. Visualisez-la ! Vous la voyez ?

Oui.

LB : Que fait-elle ?

Elle panique. Elle a tellement peur qu’elle ne trouve pas le courage de prendre rendez-vous chez le dentiste.

LB : De quoi a-t-elle peur ?

Du dentiste ?

LB : Non. Elle a peur d’avoir mal. Or, elle a déjà mal. Comme l’autruche précédente, elle a en fait peur du bruit, pas du chasseur. Et ne sachant comment fuir un bruit, elle finit la tête dans un trou.

Que devrait-elle faire ?

LB : Quelques indices. L’autruche est un animal qui n’est pas sans défense, bien au contraire. Elle est très rapide, elle court à environ 70 km/heure et elle possède un cou musclé au bout duquel trône un bec imposant.

Elle doit attaquer ?

LB : La difficulté pour l’autruche, c’est qu’étant rapide, elle fuit au moindre bruit. Alors qu’il lui suffirait de se poser deux secondes, de chercher la source du bruit et de foncer dessus. J’ai mal aux dents. Je me pose deux secondes. Je prends une grande inspiration et je prends rendez-vous tout de suite chez le dentiste au lieu de foncer la tête la première dans un trou spatio-temporel. Si elle veut faire baisser son anxiété, l’autruche doit attaquer le problème. Ce n’est pas qu’une question volonté, notre autruche est volontaire. Pour preuve, elle passe beaucoup d’énergie à courir. Elle doit apprendre à focaliser son énergie sur la cible.

Que dois-je faire la prochaine fois que je suis tenté de faire l’autruche ?

LB : Visualisez votre autruche et dites-vous que vous n’allez pas vous laisser faire. Au premier signe de panique, posez-vous deux secondes, soufflez et ensuite agissez ! Je vous laisse, je dois tordre le cou d’une autruche qui s’angoisse devant une page blanche qui ne lui veut aucun mal.

À demain ?

LB : Oui. À demain.

Vous êtes bien catégorique. Que vous arrive-t-il ?

LB : Je compte bien faire la peau à mon autruche. Cette maudite volaille ne s’en tirera pas cette fois !

Et de quoi nous parlerez-vous ?

Du lien entre procrastination et mauvaise estime personnelle. Ciao. Ne bullez pas trop !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s