De la différence entre procrastiner et faire une pause : KEEP COOL !

COOL

Bonjour Lili Bulle. De quoi allez-vous nous parler aujourd’hui ?

LB : Je vais vous expliquer la différence entre procrastiner et faire une pause.

Excusez-moi, mais je pense que tous vos lecteurs savent faire la part des choses.

LB : Si c’est si simple, je vous écoute.

Je prends une pause quand je prends une pause et je procrastine quand je remets au lendemain les taches qui me dérangent. 

LB : Donc si je vous comprends bien, il m’est impossible de remettre au lendemain simplement pour faire une pause.

Tout à fait. 

LB : Admettons que vous manquiez d’entrain et qu’au lieu de travailler, vous passiez votre temps sur Facebook. Ça vous est déjà arrivé ?

Quelques fois.

LB : Vous vous êtes senti coupable ?

Oui, bien sûr.

LB : Si je vous dis qu’il arrive à tout le monde de manquer d’entrain, vous me croyez ?

Bien sûr.

LB : Et que font les gens quand ils sont fatigués et qu’ils manquent d’entrain ?

Ils font une pause ?

LB : Effectivement. Que penseriez-vous de quelqu’un qui refuserait de s’accorder une pause et qui passerait son temps à se dire « tu dois travailler ! » tout en ne parvenant pas à se mettre au travail ?

Je me dirais qu’il procrastine.

LB : Et si je vous disais que cette personne ne parvient pas à lâcher, qu’elle manque d’indulgence envers elle-même, vous en penseriez quoi ?

Comme d’habitude, vous exagérez !

LB : Imaginez-vous que vous êtes crevé, que vous n’arrivez plus à vous concentrer… Vous faites une partie de Candy Crush, si vous prenez la chose sainement, après deux ou trois parties, vous êtes en mesure de vous remettre au travail. Par contre, si vous commencez à culpabiliser parce que vous ne travaillez pas, la pause n’est pas bénéfique, et vous entrez dans le cercle vicieux de la procrastination : « J’ai besoin d’une pause, mais je refuse de me l’accorder, je la prends quand même, mais je culpabilise, mes 10 minutes de pause se transforme en 2 heures de cauchemar ». Ça vous dit quelque chose ?

Oui.

LB : Optez plutôt pour le cercle vertueux : « je m’accorde une pause parce que j’en ai besoin, je ne culpabilise pas et je peux me remettre au travail en toute sérénité. ». Même si vous êtes en retard ou surchargé de travail, vous devez vous accorder des pauses. Ne pas accepter cette évidence, ne fera qu’aggraver le problème. KEEP COOL ! Vous en pensez quoi ?

J’en pense qu’il est vrai que j’ai du mal à m’autoriser des pauses.

LB : Voilà. La prochaine fois, dites-vous que vous êtes crevé et que vous méritez une pause, vous verrez que vous ne vous en porterez pas plus mal. Je suis fatiguée, si vous me l’autorisez, j’aimerais faire une pause.

Faites-donc, Lili Bulle. Vous n’avez pas besoin de mon autorisation.  À bientôt !

LB : Ciao. Ne bullez pas trop !

Pour recevoir gratuitement notre brochure complète « STOP À LA PROCRASTINATION : LES 10 ASTUCES DE LILI BULLE », nous vous invitons à remplir le formulaire ci-dessous :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s